Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
St Jean de Monts Vendée Triathlon Athletisme

Embrunman: le récit de Tristan

Mille bravos à Tristan SUBERVIE: finisher du célèbre triathlon ironman d'Embrun samedi dernier. Pour ceux qui seraient motivés pour s'engager sur l'édition 2016, voici le récit de sa course : "un jour à Embrun" !

"Tout commence par une temperature de 13 C° et une eau à 21 C°, le tout dans le noir. Première chose à faire, enlever la bache qui recouvre mon vélo (et oui, il a plu toute la journée du 14/08 ) et vite dans l'eau pour l'échauffement. 6 heures, le départ : quelques distributions de claques pour ceux qui veulent me couler et c'est parti pour 3 km800 de nage. Sortie de l'eau, je prend le temps de me couvrir avec le peu d'affaires que j'ai car les perspectives de pluie et de froid sont importantes. Allez, 188 km de vélo et oui. Et bien pas loupé, la pluie arrive au 60 km, selon notre temps de vélo, certains passeront à travers, d'autres comme votre serviteur n'y échapperont pas. Et là, la galère commence avec l'Izoard (2300m d altitude et environ 1000 m de denivelé positif). Heureusement ma famille me suis depuis le départ et me motive pour la grimpette. Arrivée en haut, 7 C°et la pluie est de plus en plus forte. La descente avec un ressenti d'une température de 4° va être dure. Les contractures des deux cuisses rendent la position sur le vélo pas evidente, les tremblements et les claquements des dents rendent le pilotage très dur. Je ne peux descendre plus vite que 30 ou 40km/h maxi, alors que en temps normal, je serais descendu à 60 voir 70 km/h. Je decide donc de gérer ma course pour être sur de finir et tant pis pour le chrono. Arrivé au parc à vélo, soulagement. A suivre le marathon qui bien sûr n'est pas plat, trop facile. Toujours dans la gestion du temps, je cours tant que je peux et marche dans les montées pour ne pas détruire mes cuisses déjà abimées par les contractures de la descente de l Izoard. Et voilà, aprés avoir couru mes 42 km avec la famille qui me retrouvait sur le parcours pour hurler, "ALLEZ PAPA !", je passe l'arrivée.YES, je suis finisher. Je vous remercie tous pour vos encouragements et petits messages. Ça me donne envie de recommencer rien que pour ça. J'y pense déjà et j'ai même déjà les dates.

Tristan

El Poppey. "

Embrunman: le récit de Tristan

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

bernard pierre 17/08/2015 18:27

Bien sympa ce petit retour d'expérience. Ca doit rappeler des bons souvenirs à certains. Bravo à toi, finir l'embrunman, c'est pas rien..